Chania

L’aviation sur le lac Nairne
Thème : Société et institutions

L’aviation sur le lac Nairne à Sainte-Agnès (1920-1940)

Serge Gauthier. Historien et ethnologue. Président de la Société d’histoire de Charlevoix. Notre-Dame-des-Monts, 4 octobre


Dans les années 1920 jusque vers 1940, le grand lac Sainte-Agnès (aujourd’hui situé dans la municipalité de Saint-Aimé-des-Lacs) aussi nommé le lac Nairne est un site d’où des hydravions partent livrer le courrier sur toute la Côte-Nord. Le lac Nairne accueille aussi les hydravions de la Transcontinental Airways qui assure aux visiteurs fortunés le transport vers les lacs de pêche situés dans l’arrière-pays charlevoisien.
 
Plusieurs aviateurs de l’Aviation du Lac Nairne se sont taillés une grande réputation à l’époque où ils livraient le courrier en des coins isolés de la Côte-Nord. Dans les années 1920 et 1930, alors que l’utilisation commerciale de l’avion est encore toute récente, les Roméo Vachon, Henri Cuisenier et W. Shiller deviennent célèbres pour leur courage et leur hardiesse.
 
Un événement datant de mars 1928 vient particulièrement mettre en lumière l’intrépidité des aviateurs du Lac Nairne. En effet, trois aviateurs européens, deux allemands et un irlandais, entreprennent une traversée sans escale de l’Atlantique de l’Europe à l’Amérique. L’année précédente, sur son « Spirit of Saint-Louis », l’aviateur américain Charles Lindbergh avait réussi cet exploit en traversant l’Atlantique en avion de New York à Paris. Les trois aviateurs aventureux portent les noms suivants: le Baron Von Hunefeld et le capitaine Koehl d’origine allemande et le Major Fitzmaurice, un irlandais. Leur envolée historique finit toutefois mal et sans l’aide de l’aviateur Roméo Vachon de l’aéroport du lac Nairne, ils auraient pu connaître un sort tragique.
 
En effet, à cause de problèmes techniques, les aviateurs doivent se poser en catastrophe sur l’île Greenly, non loin de Terre-Neuve. Ils sont alors prisonniers de ce milieu plutôt inhospitalier. Toutefois, ils peuvent émettre un signal radio qui est entendu par des aviateurs du Lac Nairne. Dès lors, Roméo Vachon se rend sortir les aviateurs européens de l’impasse. L’affaire intéresse bientôt les radios et les journaux de toute l’Amérique qui délèguent un grand nombre de représentants à Sainte-Agnès sur le site de l’Aviation du Lac Nairne.
 
La réception des trois aviateurs est célébrée en grande pompe. Des notables de l’endroit viennent les accueillir et célébrer leur courage. Parmi eux, l’abbé Félix-Antoine Savard, alors vicaire à La Malbaie, qui prononce un discours mémorable : 
 
« ...Votre exploit, dis-je, dépasse les bornes et d’autres du même genre se contiennent. Au-dessus des glorieux sillages de foi tracés sur l’océan par Colomb, Cartier et Champlain, vous avez tracé dans les airs un sillage qui vous a donné un renom non moins beau et non moins immortel. Encore une fois, honneur à vous, à vos patries, à votre foi! Nous sommes heureux que l’éclat de votre gloire rejaillisse sur les braves et généreux aviateurs du Lac Nairne, sur les Cuisenier, les Schiller, les Vachon... »
 
Le baron Von Hunefeld répond en français au discours de l’abbé Savard : « Tous trois, n’oublierons jamais l’accueil reçu dans Charlevoix et l’hospitalité des Canadiens-français. » Les aviateurs sont ensuite escortés jusqu’à La Malbaie où ils sont invités par les autorités municipales à participer à un banquet en leur honneur, avant qu’ils ne rendent à Québec et à New York où leur histoire défraie les manchettes et passionne le monde entier.
 
Ce jour de gloire marque l’histoire de l’Aviation du Lac Nairne. Mais, les exploits des aviateurs du lac Nairne sont pour ainsi dire quotidiens alors qu’ils accomplissent des prouesses afin de livrer le courrier de toute la Côte-Nord, beau temps ou mauvais temps.. La livraison postale aérienne prend fin avec les années 1940. Le souvenir de l’Aviation du Lac Nairne s’estompe bientôt et l’édifice d’où les aviateurs partaient devient même un hôtel dans les années 1960 et 1970 avant d’être détruit par les flammes en 1980. Seul quelques rares anciens ou encore des amateurs d’histoire peuvent témoigner du jour exceptionnel de mars 1928 où l’Aviation située sur le lac Nairne à Sainte-Agnès fut un peu le centre du monde en accueillant des aviateurs allemands, véritables pionniers de l’histoire de l’aviation internationale.
 

Bibliographie :

« La réception aux trois as à l’aéroport du Lac Nairne », Charlevoix, 4, avril 1986,  p. 23-25.
Gauthier, Serge. « Saint-Aimé-des-Lacs », Revue d’histoire de Charlevoix, 28, octobre 1998, p. 14.
Gauthier, Serge. « L’aéroport du Lac Nairne », Le Journal de Charlevoix, 2, 18, 22 août 1993, p. 18.
Perron, Normand et Serge Gauthier. Histoire de Charlevoix. Québec, PUL-IQRC, 2000, p. 250.
 
Chania
Chania