Chania

La Patate Lac-Saint-Jean
Thème : Économie

La Patate Lac-Saint-Jean, Coopérative des producteurs de pommes de terre de Péribonka, Sainte-Marguerite-Marie

Laurie Goulet, Groupe de recherche Histoire (GRH), Université du Québec à Chicoutimi. 2003

 
Les agriculteurs du Saguenay–Lac-Saint-Jean produisent une grande variété de denrées agricole dont la pomme de terre. Peu de fermes cultivent seulement ce légume, car l’accessibilité aux marchés est très limitée. C’est en voulant éviter de se faire concurrence que neuf producteurs décident de fonder une coopérative nommée la Patate Lac-Saint-Jean au courant de l'année 1979. 
 
La naissance de la coopérative en 1979 provient de la décision des neuf fermes qui veulent s’unir pour permettre la commercialisation de la pomme de terre de consommation humaine. Ces neuf fermes sont : Lucien Bergeron et fils, Daniel Bolduc & Fils inc, Philippe Bolduc, Jean-Noël Goulet & Fils inc, Jean-Yves Lalancette & Fils inc, Jean-Marc Niquet, Savard et Guay, Théberge et GGA Montminy inc. Tous ces membres cultivent plus de 500 hectares de pommes de terre comme production principale, que ce soit de table (comestible immédiatement), de transformation (pour les frites par exemple) ou de semence. Le premier président est Jean-Marc Niquet, et ce pour une période de dix ans. Par la suite, Gabriel Bergeron prend la relève (1990-1995) ainsi que Daniel Goulet (1995-2000). Suite à ces mandats, une décision est prise, le mandat du président aura une durée d’un an. C’est alors que Martial Bolduc et André Montminy succèdent à leurs prédécesseurs. 
 
Dès la première année, les membres de la coopérative construisent un bâtiment de grande dimension pour faciliter la vente de pommes de terre sur d’autres marchés. Le bâtiment est situé au 52 rue Niquet dans la municipalité de Péribonka. À l’intérieur, plusieurs équipements sont achetés pour permettre d’ensacher les légumes dans différents formats et emballages. De plus, différentes installations sont mises en place afin de réaliser toutes les étapes de la mise en marché du produit : le calibrage, le brossage, le lavage, le triage et l’ensachage. Ces activités se conforment aux normes de classification Canadienne, soit Catégorie Canada no 1. Le contrôle de qualité effectué au sein des étapes de l’ensachage permet à l’entreprise d’obtenir un numéro d’entrepôt décerné par Agriculture et Agroalimentaire Canada. Grâce à cette certification, la coopérative de pommes de terre peut commercer avec les autres provinces du Canada qui possèdent également ce numéro. 
 
Il faut dire que la rigueur du climat favorise une bonne production de cette catégorie de pommes de terre. C'est en raison de cet avantage que les cultivateurs se lancent au milieu des années 1980, dans la production de pommes de terre de semence. De plus, les terres du secteur de Péribonka et de Sainte-Marguerite-Marie sont protégées par la Loi sur la prévention des maladies de la pomme de terre. À chaque année, un contrôle est effectué par des inspecteurs du gouvernement du Canada sur chaque champ cultivé afin que les légumes soient d’excellente qualité, donc sans maladies. Les normes concernant la désinfection sont très élevées et doivent être respectées en tout temps. C’est pourquoi un centre de désinfection a été construit pour nettoyer les camions responsables du transport des pommes de terre. 
 
La mise en marché de leurs produits est diversifiée. La coopérative vend les récoltes en grande partie aux Courtiers, aux grossistes et aux détaillants. Élément intéressant à mentionner, la majorité des pommes de terre sont vendues à l’extérieur de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, soit dans la province de Québec ou de l’Ontario. Depuis l’an 2000, les marchés de l’Île-du-Prince-Édouard et des États-Unis ont été conquis, ce qui donne une plus grande visibilité à la coopérative et récompense les efforts fournis par les fondateurs. De plus, plusieurs variétés de pommes de terre sont cultivées : superior, norland, snowden, goldrush, etc. Chaque année, on diversifie les variétés selon les demandes du marché. L’entreprise embauche présentement douze personnes, dont neuf de façon permanente. La direction générale est assurée par Daniel Simard, un diplômé en administration de l’Université du Québec à Chicoutimi et ce depuis 1992.
 
Finalement, la coopérative des producteurs de pommes de terre de Péribonka et de Sainte-Marguerite-Marie fonctionne très bien. De nouveaux marchés se développent d ‘années en années, ainsi que les variétés de pommes de terre. Cette association coopérative a permis aux producteurs de cet endroit d’avoir une plus grande visibilité sur les marchés extérieurs. Les fermes augmentent leurs productions, perfectionnent leurs équipements, tout cela dans l’optique de fournir des produits de qualité à la population. 


Bibliographie :

Site Internet : La Coopérative des Producteurs de pommes de terre de Péribonka-Sainte-Marguerite-Marie - http://www.destination.ca/patalac/
Collectif. Hommage à nos bâtisseurs, 350 ans d'histoire au Saguenay–Lac-Saint-Jean, Les Distributions OM inc., Jonquière, 1997. 694 p. 
Chania