Chania

Les installations aériennes
Thème : Économie

Les installations aériennes au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Camil Girard et Laurie Goulet, Groupe de recherche Histoire (GRH), Université du Québec à Chicoutimi. 2003


Le développement d’un réseau de communication aérien prend un certain temps à être implanté au Saguenay–Lac-Saint-Jean. C’est en 1920 que la première station militaire est construite et ce dans la ville de Roberval. Par la suite, il faut attendre l’avènement de la Deuxième Guerre mondiale en 1939 pour la mise en place d’une autre base militaire, celle de Bagotville. 
 
La base militaire de Roberval sert en grande partie à l’exploration du Nord. Sa mission concerne l’observation et la protection des forêts. Cette base reçoit des hydravions. Cela entraîne la fermeture de la station aérienne pendant la saison hivernale, ce qui équivaut environ à cinq ou six mois par année. Plusieurs compagnies se succèdent dans la gestion de cette base dont la Nordair Limitée est gestionnaire principal au cours des années 1950. Toujours au Lac-Saint-Jean, un aéroport est construit dans la ville de Saint-Félicien dès 1929. C’est la Compagnie Transcontinental Airways qui s’occupe de la gestion des installations et qui assure le transport des voyageurs et des marchandises.
 
Au Saguenay, mis à part les trois hydravions installés à Chicoutimi en 1920 par la compagnie Price pour effectuer de la photographie aérienne, il faut attendre la Deuxième Guerre mondiale pour voir avancer l’aviation. En effet, en 1942, on inaugure la base militaire à Bagotville (arrondissement La Baie). La mission première de cette station aérienne concerne l’entraînement de pilotes et la défense des installations de la compagnie Alcan implantée à Arvida (arrondissement Jonquière). Cette entreprise est le principal fournisseur d’aluminium pour les compagnies qui fabriquent du matériel de guerre. À la fin de la guerre en 1945, la base ferme ses portes, mais recommence ses activités en 1951 durant la guerre de Corée. La base doit encore une fois protéger la compagnie Alcan à Arvida. Grâce à sa participation dans ces conflits, la base militaire de Bagotville devient pour un temps, un maillon important du système de défense du Canada. 
 
Une autre base militaire est créée en 1942, celle de Saint-Honoré. Après sa fermeture qui survient elle connaît une renaissance à la fin des années 1960 lorsque le Cégep de Chicoutimi décide d’implanter son École d’aviation dans cette municipalité. 
 
Précisons enfin, que dans les années 1950, plusieurs petites compagnies d’aviation s’installent au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Cela permet la création ou la réfection d’aéroports dans plusieurs municipalités. En 1955, un nouvel aéroport, terrestre cette fois, est construit à Roberval. Quatre ans plus tard, c’est la ville d’Alma qui voit la construction d’installations aériennes pour desservir les environs. La compagnie Air Canada arrive dans la région au milieu des années 1950. Elle fait un échange de lignes aériennes avec la compagnie Canadien Pacifique qui était en place avant son arrivée. Déjà à cette époque, les prix payés par la population locale pour prendre l’avion sont trop élevés en comparaison des marchés plus achalandés des grandes villes ou des dessertes de vacances. 
 
Grâce aux progrès effectués dans le domaine de l’aviation, la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean n’est plus isolée du reste de la province. L’avion rend les communications plus faciles et plus rapides avec l’extérieur, même si les prix demeurent relativement élevés. De plus, la base militaire de Bagotville donne un certain prestige à la région, car elle est fait partie des bases les plus anciennes au Québec (après Valcartier et Saint-Hubert). Les autres petites bases ont des vocations diverses dont la formation ou la prestation de services vers l’arrière-pays nordique qui assure divers débouchés pour les régionaux (gestion des forêts, services aux chasseurs et touristes, prospecteurs, travail nordique à la Baie James, etc.).

 
Bibliographie : 

Girard, Camil et Normand Perron. Histoire du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1989. 665 p.
Gagnon, Karl. « La base militaire de Bagotville », Saguenayensia, vol. 31, no 1, janvier-mars 1989, p. 23-27.
Tremblay, Victor. « Les communications par air », Saguenayensia, vol. 12, no 5, septembre-octobre 1970, p. 124.
 
Chania
Chania