Chania

Le territoire
Thème : Territoire et ressources

Le territoire du Saguenay–Lac-Saint-Jean 

Étienne Troestler, Cégep de Jonquière, 13 novembre 2002

 
La région du Saguenay–Lac-Saint-Jean est l’une des 17 régions administratives du territoire québécois. Elle s’étend sur 550 kilomètres du sud au nord et sur 330 kilomètres de l’est à l’ouest. Le territoire se retrouve entre le 48o et le 53o de latitude Nord et entre le 70 o et le 75o de longitude Ouest. Couvrant une superficie totale de 104 018 kilomètres carrés, particulièrement vers le Moyen-nord, son espace se compose de 11 % de territoires municipalisés pour un 89% non municipalisé, surtout dans la partie septentrionale du territoire. 
 
Le Saguenay–Lac-Saint-Jean est la troisième région du Québec en superficie, après les régions du Nord du Québec (57,6 % du Québec) et de la Côte-Nord (14,5 % du Québec). Pour mieux comprendre les enjeux spatiaux, comparons la superficie régionale avec d’autres territoires. D’abord, le Saguenay–Lac-Saint-Jean représente 1,04 % du territoire canadien et 6,74 % de celui du Québec. Au niveau canadien, le Saguenay–Lac-Saint-Jean équivaut à 25 % du territoire de Terre-neuve et Labrador, mais vaut deux fois la Nouvelle-Écosse et 18 fois l’île du Prince-Édouard. Au niveau québécois, le territoire du Saguenay vaut plus de 200 fois l’île de Montréal, et se compare à la superficie cumulée des régions administratives centrales, soit celles de la Capitale nationale, de la Mauricie, de l’Estrie, de Montréal, de Laval, du Centre du Québec et de Outaouais. Enfin, toujours au plan de la comparaison, le Saguenay–Lac-Saint-Jean équivaut au territoire de l’Islande joue sensiblement dans les mêmes proportions que Cuba, le Bénin ou le Guatemala, et est de trois fois supérieur au territoire belge et 10 fois à celui du Liban. 
 
Le cœur de l’espace habité se situe à 200 kilomètres au nord de la capitale, Québec. Ses limites extra-régionales sont la région du Nord du Québec au nord-ouest, celles de la Capitale nationale et de la Mauricie au sud, et celle de la Côte-Nord à l’est. Le Saguenay–Lac-Saint-Jean est à la fois considéré comme région périphérique, loin de l’axe naturel du fleuve Saint-Laurent, et aussi comme région ressource pour les autres régions du Québec. 
 
La région doit son nom à ses particularités hydrographiques majeures soit un lac, et une rivière qui devient fjord. Le lac Saint-Jean, d’une superficie de plus de 1 000 kilomètres carrés est le cinquième au Québec par sa superficie et porte aussi un vieux toponyme amérindien, le Piékouagami, ce qui signifie « lac plat ». La rivière Saguenay, Saguenay signifiant « d’où l’eau sort », s’écoule vers le fleuve Saint-Laurent sur près de 160 kilomètres. Sur une carte, un œil averti remarquera la concordance des limites de la région naturelle et de la région administrative. 
 
La région naturelle correspond aux limites du bassin hydrographique du Saguenay (c’est le deuxième bassin en importance du fleuve Saint-Laurent, après celui de la rivière Outaouais, et le quatrième au Québec après ceux de la rivière Outaouais, Koksoak-Caniapiscau et La Grande). Eu égard à ses paysages, son micro-climat et ses caractéristiques hydrographiques, plusieurs géographes considèrent le Saguenay–Lac-Saint-Jean comme une enclave du Bouclier canadien et l’un des plus connu d’entre eux, Raoul Blanchard, « un oasis tempéré en milieu nordique ». 
 
Sur un aussi vaste territoire, une population relativement faible l’occupe. La population régionale représente 3,9 % de la population québécoise et elle se concentre dans les grandes agglomérations en bordure du réseau hydrographique majeur. Comme ailleurs, dans les régions périphériques, la population décroît depuis quelques décennies et se caractérise par les phénomènes de vieillissement, dénatalité et exode des jeunes. Au dernier recensement de 2001, l’on décomptait 287 309 personnes et la densité était de 2,8 habitants par kilomètre carré. Cette population se regroupe dans 3 grandes agglomérations : la ville de Saguenay (Jonquière, Chicoutimi et Ville de la Baie) avec 154 000 habitants, Alma avec 26 000 et Roberval-Dolbeau-Mistassini-Saint-Félicien avec près de 38 000 personnes. Toute la population se répartit dans 49 municipalités, regroupées dans quatre municipalités régionales de comté (MRC), soit celle du Fjord–du-Saguenay, celle de Lac-Saint-Jean-Est, celle du Domaine-du-Roy et celle de Maria-Chapdelaine. Une communauté Innu vit à Mashteuiatsh au Lac-Saint-Jean et compte 1 812 Montagnais. 
 
Pour finir, le cœur urbain de la région se trouve à la même latitude que Paris en France, Munich en Allemagne, Volgograd en Russie et Victoria au Canada, tandis qu’il loge à la même longitude que Valparaiso au Chili, Cuzco au Pérou, Port-au-Prince en Haïti et Québec dans le territoire du même nom.


 
Bibliographie :

http://atlas.uqac.ca/saguenay-lac-saint-jean/
http://www.uqac.uquebec.ca/zone03/cartotheque/cartes/S10_1992e25s129.gif
http://www.saguenaylacsaintjean.gouv.qc.ca/
http://www.anq.gouv.qc.ca/Villegiature/Villegiature_Saguenay_Lac_Saint-Jean.html
http://www.mcc.gouv.qc.ca/region/02/dir02/portrait.htm
http://jupiter.grics.qc.ca/saqca/Courvilloise/02.htm
http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/dons_regnl/regional/3p1.htm
http://www.mrn.gouv.qc.ca/territoire/portrait/index.jsp
Chania
Chania
Chania
Chania