Chania

En missionnant sur les rives du lac Témiscamingue
Thème : Société et institutions

En missionnant sur les rives du lac Témiscamingue, 1836-1886

Marc Riopel, Ph.D. Histoire, À travers le temps enr., Hudson, 29 avril 2002


Tôt dans l’histoire de la Nouvelle-France, les missionnaires Jésuites se rendent chez les groupes amérindiens afin de les convertir au christianisme, comme en témoignent leurs Relations (1611-1672). Dans cette optique, en 1642, des pères jésuites partent en mission chez les Népissingues, près de l’actuelle ville de North Bay, et auraient rencontré des Algonquins du Témiscamingue, en 1658. Le père Antoine Silvy est aussi de passage dans la région, en 1686, en compagnie de l’équipage du Chevalier de Troyes. Par la suite, il faudra attendre le milieu des années 1830 pour que des missionnaires visitent régulièrement les Algonquins du Témiscamingue et de l’Abitibi. 
 
Puis, près de 30 ans plus tard, une mission permanente est fondée sur le lac Témiscamingue. Trois communautés religieuses s’y établissent afin d’évangéliser les Algonquins. En 1836, Mgr Lartigue, évêque de Montréal, confie la responsabilité des missions du nord de l’Outaouais à l’abbé Charles de Bellefeuille, un sulpicien de la mission d’Oka. L’abbé de Bellefeuille se rend en canot au fort Témiscamingue, un voyage d’environ 20 jours. La Compagnie de la baie d’Hudson fournit le canot et les guides algonquins aux missionnaires, en plus de les héberger dans ses postes de traite. Lors de cette première mission, en 1836, l’abbé de Bellefeuille fait ériger et planter une croix et demande à son équipage de commencer les travaux de construction d’une chapelle. Pendant cette mission d’une dizaine de jours, l’abbé célèbre plusieurs baptêmes et communions. Il retourne ensuite à Montréal, enthousiasmé par la participation des Algonquins. Toutefois, précisons que ces derniers voient davantage dans la cérémonie du baptême un rituel visant à affermir leur alliance avec les chrétiens que l’adoption d’une nouvelle religion. 
 
En 1837, l’abbé de Bellefeuille revient au lac Témiscamingue pour y faire la mission et se rend ensuite, pour la première fois, au lac Abitibi. En 1838, une troisième mission s’ajoute à ces dernières, celle du Grand Lac Victoria. L’abbé de Bellefeuille meurt en 1839 et est remplacé par des prêtres séculiers pour les missions du nord. En 1844, Mgr Bourget, nouvel évêque de Montréal, charge les Oblats de Marie-Immaculée, arrivés au Canada depuis trois ans, de la déserte de Bytown (Ottawa), des missions des chantiers et des missions algonquines de la rivière des Outaouais. En 1844, les missions algonquines dans la région incombent désormais au père oblat Nicholas Laverlochère. Il en demeure titulaire pendant de nombreuses années. 
 
Dès 1847, le père Laverlochère soumet un projet de résidence permanente à la baie d’Hudson, mais ses supérieurs refusent. La Compagnie de la baie d’Hudson s’oppose également à ce projet. Quelques années plus tard, en 1860, l’idée d’une mission permanente refait surface et le lac Témiscamingue est désormais l’endroit pressenti. Le père oblat Jean-Marie Pian, porte-parole du groupe, avance quatre raisons pour justifier sa requête : Témiscamingue est le point central des missions du Nord ; les Algonquins veulent avoir un prêtre résident ; le contact quotidien avec les Algonquins faciliterait la tâche aux pères dans l’apprentissage de la langue algonquine ; la montée des chantiers forestiers vers cette région entraînera à terme la colonisation de la région, d’où l’importance d’y avoir une mission catholique. 
 
Finalement, en 1863, Mgr Fabre donne l’autorisation de construire une mission permanente au lac Témiscamingue, après 27 ans de missions saisonnières. Cette mission, connue sous le nom de Saint-Claude de Témiscamingue, s’élève en face du fort Témiscamingue, du côté ontarien. Les travaux de construction débutent en mai 1863 et, en octobre, les pères oblats Jean-Marie Pian, Louis Lebret et Calixte Mourier entrent dans leur nouvelle résidence. De cette façon, les oblats consolident leur travail d’évangélisation des Algonquins du Témiscamingue et de l’Abitibi. Les missionnaires pourront ainsi mettre en pratique un plan d’évangélisation en quatre étapes : l’apprentissage de la langue algonquine, la fondation d’une école, la construction d’un hôpital et l’incitation à la vie sédentaire. Toutefois, ce plan connaît un succès mitigé puisque les Algonquins conservent leurs croyances traditionnelles et leur vie sédentaire. Afin de réaliser ce plan, ils demandent l’aide des Sœurs Grises de la Croix d’Ottawa. 
 
Les sœurs Raizenne et Saint-Vincent arrivent à la mission Saint-Claude, en octobre 1866, dans le but de collaborer au travail des pères et de mettre sur pied une école, un orphelinat et un hôpital. De plus, elles entretiennent les deux maisons, la chapelle, préparent le linge sacré et le trousseau des missionnaires en plus d’héberger les passants, c’est-à-dire les coureurs des bois, les exploitants forestiers et les colons. En 1867, sœur Saint-Antoine se joint à ses deux consœurs. 
 
Par la suite, en 1872, des frères oblats Joseph Moffette et Étienne Debigaré se joignent au groupe. Le travail général de la mission tombe sous leur responsabilité. Ils s’occupent de l’agriculture, la cordonnerie, la construction, la fente du bois de chauffage, en plus des nombreux voyages du frère Moffette pour apporter des animaux, divers objets et le courrier. Pendant l’été, les missions algonquines occupent une bonne partie du temps des pères Oblats. Ils se rendent même jusqu’à Weymontachie, en Mauricie. Pendant l’hiver, les pères oblats visitent les chantiers forestiers situés autour des lacs Kipawa et Témiscamingue. 
 
Les missionnaires entrent donc relativement tôt en contact avec les Algonquins de la région, mais les missions catholiques ne débutent sur une base régulière qu’en 1836. L’établissement permanent des missionnaires dans la région du lac Témiscamingue se fait presque 30 ans plus tard. Par la suite, les pères oblats reçoivent l’appui des Sœurs Grises et de frères de leur communauté pour poursuivre leur travail d’évangélisation auprès des Algonquins. 
 
 
 
Bibliographie : 

Bellefeuille, Charles de. Mission de Témiskaming 1836. Notices et observations sur les missions du lac Témskaming et l’itinéraire des missionnaires Mrs Dupuy et de Bellefeuille en 1836. Manuscrit original, Centre d’archives de la Société d’histoire du Témiscamingue, 1836. Non paginé. 
Dickason, Olive Patricia. Le mythe du Sauvage. Sillery, Les Éditions du Septentrion, 1993. 451 p. 
Oblats de Marie-Immaculée. Codex historicus de la mission Saint-Claude de Témiscamingue. Volume 1, 1836-1884. Manuscrit original, Ottawa, Archives Deschâtelets. Non paginé. 
Relations des Jésuites. Contenant ce qui s'est passé de plus remarquable dans les missions des Pères de la Compagnie de Jésus dans la Nouvelle-France, 1611-1672. Montréal, Éditions du Jour, 1972. 6 tomes, en particulier les tomes 3 et 5. 
Riopel, Marc. Sur les traces des Robes noires au Témiscamingue. L'implantation du catholicisme sur les rives du lac Témiscamingue, 1836-1900. Val-d’Or, Société d’histoire du Témiscamingue, 1991. 64 p., Collection Maison du Colon no 3. 
Chania