Chania

Le Musée acadien
Thème : Culture

L’autre Acadie. Le Musée acadien du Québec de Bonaventure

Mario Mimeault, M.A. Histoire, chercheur autonome. Gaspé, 18 novembre 2002


Qui a déjà porté attention au fait que Maurice Richard, Gilles Vigneault et Geneviève Bujold avaient des racines acadiennes? Leurs aïeux sont arrivés au Québec après la Déportation de 1755. Plus de trois mille d’entre eux ont fui à ce moment dans les bois ou ont pris la direction de la province pour se disperser ensuite dans toutes ses régions. Aujourd’hui, leurs descendants, plus d’un million, vivent dans la Baie des Chaleurs, aux Îles-de-la-Madeleine et sur la Basse-Côte-Nord, mais aussi dans la vallée du Richelieu et dans les comtés de Lanaudière, de Lotbinière et de Bellechasse.
 
Les débuts du musée
 
Le Musée acadien du Québec de Bonaventure a été créé pour faire connaître la destinée des Acadiens établis en terre québécoise. Il est né en 1960 de l’initiative de deux dames éprises de leurs racines et de leur histoire, Juliette Gauthier-Barette, de Bonaventure, et Éveline Allard-Landry, de Carleton. Toutes deux ont consacré la plus grande partie de leurs loisirs à monter dans leur paroisse respective une collection sur les objets du quotidien acadien. Elles présentent l’essentiel de leur collection chacune de leur côté puis, un jour, Juliette Gauthier cède ses objets à la Municipalité de Bonaventure et Éveline Allard ferme son petit musée. En 1987, la Corporation de développement touristique de Bonaventure, qui a déjà acquis la collection Gauthier-Barette et l’expose dans la Salle publique de l’endroit, achète les 2 600 artefacts de la collection Allard. Dès lors, la Corporation songe à agrandir son musée tout en le réaménageant de manière à satisfaire aux normes muséologiques.
 
Mission
 
Le nouveau Musée de Bonaventure ouvre ses portes à l’été 1991. Il a maintenant pour nom Musée acadien du Québec. Voué à l’histoire et à l’ethnologie du peuple acadien, il s’est donné comme principale mission de faire connaître sa destinée en terre québécoise. Au plan muséologique, l’institution doit sauvegarder, conserver et diffuser tout ce qui touche son patrimoine. Déjà, la bâtisse elle-même est en soi un bien patrimonial. Bâtie en 1914 par le biais d’une corvée générale, elle se veut le fruit de toute une communauté. Qui plus est, elle est, de par la vocation qu’on lui a réservée, le témoin du développement économique et culturel de Bonaventure puisqu’elle a effectivement servi de caisse populaire, d’école pour les garçons, de salle pour le Conseil municipal puis, finalement, de musée. 
 
Expositions
 
Le Musée acadien du Québec s'ancre dans la réalité culturelle de la Gaspésie en organisant des expositions pour mieux faire connaître le passé acadien. Quelques boutiques ajoutent une dimension importante à sa mission en lui fournissant l’opportunité de rayonner par la culture et les arts. 
 
Son exposition permanente, « L'autre Acadie », qui occupe tout le rez-de-chaussée et le premier étage du Musée, rappelle les racines européennes du peuple acadien et son implantation dans les Maritimes. Il est impossible, bien sûr, de ne pas y évoquer le drame de 1755, mais la présentation des exhibits débouche sur l'histoire de son enracinement en Gaspésie et son apport à la culture québécoise. La présentation des objets récupérés du passé met en évidence les caractéristiques acadiennes que l’on retrouve dans le langage courant et dans les pratiques quotidiennes de l’agriculture, de la forêt et de la mer. En complémentarité, des expositions temporaires traitent à tour de rôle de thèmes à caractères ethnologiques, historiques et scientifiques et offrent une tribune de choix aux artistes et aux artisans de la région. En même temps, des expositions temporaires permettent d'accueillir des productions de d'autres institutions muséales. 
 
Un autre volet des activités du Musée acadien du Québec se trouve dans les fêtes et spectacles qu’il organise sur sa terrasse extérieure pendant l’été. Des artistes professionnels ou amateurs de l'Est du Québec et du Nord du Nouveau-Brunswick s’y donnent rendez-vous. Le musée coordonne et gère, de plus, les Fêtes acadiennes du 15 août, événement qui, à chaque année, présente durant trois jours des spectacles et des activités centrés sur la culture acadienne de tous les horizons.
 
Les Pavillons extérieurs
 
Le Musée, qui n’a de cesse d’élargir son champ d’action, s’est depuis quelque temps donné une nouvelle orientation. Il a récupéré puis rassemblé sur son terrain des bâtiments patrimoniaux dont il a assumé la restauration. En leur attribuant une nouvelle vocation en lien avec ses objectifs, il leur confère une nouvelle vie. 
 
Le Pavillon Orléan Express est une ancienne saline de la compagnie Robin datant du milieu du XIXe siècle. Il abrite une exposition des travaux du maquettiste Marcel Arsenault. Celle-ci regroupe sous le thème « Bonaventure en miniatures » des bâtiments de la rue principale du Bonaventure des années 1940-1960 reproduits à l'échelle de 1/12 au pouce. Tout à côté, une vieille forge de la même compagnie, rebaptisée Pavillon Évangéline, présente des oeuvres d’artistes locaux dans une atmosphère de franche intimité. Tout à côté, le Pavillon Mer et Monde se veut une galerie-boutique d'arts visuels qui offre au public des pièces reflétant l'énergie renouvelée de la culture acadienne et gaspésienne. Le dernier bâtiment récupéré d’une perte certaine est la chapelle anglicane du rang Cullens Brook de Bonaventure. Le Pavillon Gospel Chapel, de son nom véritable, est devenu une boutique d'alimentation fine qui porte une attention toute particulière aux produits de la mer. 
 
Vocation éducative
 
Le Musée acadien de Bonaventure s’est doté d’un programme éducatif et il a, dans cette optique, préparé des ateliers pour les étudiants. Il reçoit en moyenne une soixantaine de groupes d’élèves par année. Ces derniers peuvent s’initier à une variété de sujets adaptés à leurs centres d’intérêts : les jouets anciens, la petite école d’antan, la pêche et la musique en Acadie. De plus, le Musée acadien participe, en collaboration avec le Musée acadien de l’Université de Moncton, à un projet de site internet devant relier les musées et les écoles des régions acadiennes éparpillées dans le monde. Ainsi, devrait être instituée une banque inestimable de données portant sur la culture acadienne. 
 
Le Musée acadien du Québec de Bonaventure a, finalement, réussi avec de petits moyens à reconstituer le portait vibrant d’une culture et à doter la Gaspésie d’un outil harmonisé à la dynamique régionale. Les efforts de cette institution lui ont mérité en 1999 le Prix bronze du Grand Prix du tourisme québécois 1999, catégorie Petite entreprise touristique.


Bibliographie :

Cyr, Louise, « Un nouveau musée en Gaspésie : Le Musée acadien du Québec à Bonaventure », Gaspésie, vol. XXVIII, no 2, juin 1990, p. 40-42.
Cyr, Louise, « L’exposition L’autre Acadie », Gaspésie, vol. XXX, no 2, juin 1992, p. 24-25.
Galarneau, Daniel. « Le Musée acadien du Québec à Bonaventure », Gaspésie, vol. XXX, no 2, juin 1992, p. 19-22.
Sites Internet :
http://www.museeacadien.com/ 
http://www.unmoncton.ca/etudeacadiennes/cente/contak/30musee.htm
Chania
Chania
Chania