Chania

William Howard Taft
Thème : Société et institutions

William Howard Taft (1857-1930) : le plus célèbre villégiateur de Pointe-au-Pic

Serge Gauthier. Historien et ethnologue. Président de la Société d’histoire de Charlevoix. La Malbaie, 9 juillet 2002


Pour William Howard Taft, un homme politique américain né à Cincinnati en 1857, l’air de Pointe-au-Pic « enivre autant que du champagne ». Ce villégiateur à l’esprit poétique n’a pourtant rien d’un artiste ébloui par la région de Charlevoix. En fait, William Howard Taft est président des États-Unis de 1909 à 1913. Ce membre du Parti Républicain devient aussi par la suite juge en chef de la Cour Suprême des États-Unis. Cet homme d’état s’est pourtant tellement attaché à Pointe-au-Pic qu’il y passe plus de quarante étés à sa résidence construite dans cette localité. William Howard Taft demeure sans nul doute le plus célèbre villégiateur de Pointe-au-Pic.
 
C’est autour de 1890, alors qu’ils séjournent sur un bateau de croisière de la Richelieu et Ontario en direction du Saguenay, que William Howard Taft et son épouse Helen découvre Pointe-au-Pic lors d’une halte au quai de l’endroit. Le site leur paraît si enchanteur qu’ils décident d’y séjourner plus longuement. Ils logent d’abord au Chamard Lorne’s House puis par la suite dans un cottage non loin de l’hôtel. Les Taft font finalement ériger une villa juchée sur le Cap Blanc à Pointe-au-Pic qui devient leur résidence secondaire à chaque été jusqu’au décès de William Howard Taft en 1930. La maison d’été des Taft s’inspire des traits caractéristiques de la maison traditionnelle du Québec. Cette demeure d’abord modeste s’agrandit rapidement et « au fil des ans, on y ajoute, au rythme des nouveaux enfants et petits-enfants, une chambre, une aile ou encore un pavillon pour avoir finalement vingt chambres à coucher et douze salles de bains », rapporte l’historien Philippe Dubé. La famille Taft compte plusieurs membres qui séjournent tous avec joie à Pointe-au-Pic.
 
La présence d’un personnage de l’envergure de William Howard Taft n’est pas sans favoriser la réputation internationale de station touristique et balnéaire de Pointe-au-Pic. Certains chroniqueurs racontent que durant son mandat présidentiel, William Howard Taft déménage la Maison-Blanche à Pointe-au-Pic. Le fait est moins certain qu’il n’y paraît car, en vérité, la famille Taft séjourne peu à Pointe-au-Pic durant ce mandat présidentiel. Mais, William Howard Taft subit une amère défaite à l’élection présidentielle de 1913 et il finit même au troisième rang. Il en profite pour séjourner à nouveau à chaque été à Pointe-au-Pic et il devient président du Club de golf Murray Bay où il pratique son sport favori. Selon une rumeur locale, son épouse Helen, plutôt malicieuse, aurait déclaré suite à la défaite de William Howard Taft que ce dernier était “ meilleur comme président du club de golf de Murray Bay que comme président des États-Unis ”.
 
La population de Pointe-au-Pic et de Charlevoix surnomme William Howard Taft le « Petit juge » alors que celui-ci devient juge en chef de la Cour suprême des États-Unis. Taft, qui se mêle sans réticence à la population locale, s’amuse que ce surnom fasse référence à son tour de taille très impressionnant. Une histoire raconte qu’il se fait un jour confectionner un habit en étoffe du pays par une dame Boulianne de La Malbaie. La couturière travaille avec application afin de prendre les mesures de l’impressionnant personnage. Le costume est une réussite et William Howard Taft le porte quelques années avant de le donner à son chauffeur, un résident de Pointe-au-Pic. Le fidèle employé de Taft ne manque pas d’utiliser ce cadeau à bon escient : avec le tissu du costume il parvient à vêtir six de ses garçons!
 
Pour les autres estivants de Pointe-au-Pic, recevoir une invitation chez William Howard Taft possède une valeur sociale importante. Or, à chaque fin d’été, la famille Taft invite environ 80 personnes à célébrer l’anniversaire de William Howard Taft dans le cadre d’un dîner champêtre. C’est le dernier événement d’importance de la saison pour la colonie d’estivants de Pointe-Au-Pic. Le menu est succulent : Helen Taft fait parfois servir jusqu’à trente homards, quatre dindes, et une dizaine de poulets aux convives.
 
Une jeune charlevoisienne travaillant l’été à la résidence des Taft fut invitée à se rendre à la Maison-Blanche à Washington afin de devenir gouvernante pour les enfants Taft. Cette demoiselle Bouchard sera plus tard aubergiste à Port-au-Persil dans Charlevoix et elle racontera jusqu’à sa mort son séjour chez le président Taft dont le souvenir demeura pour elle impérissable. Il en va de même pour les gens de Pointe-au-Pic : la présence de William Howard Taft devient l’objet d’une fierté évidente et suscite une longue tradition orale remplie de souvenirs pittoresques sur ce si important personnage. Longtemps après sa mort survenue en 1930 à Washington et jusqu’à nos jours, William Howard Taft, ex-président américain, reste le plus célèbre villégiateur à avoir séjourné à Pointe-au-Pic.
 
 
Bibliographie :

Cet article a pu être rédigé grâce à l’apport de cet important ouvrage : Dubé, Philippe. Deux cents ans de villégiature dans Charlevoix. Québec, Presses de l’Université Laval, 1986. 336 p. Voir en particulier p. 126-129.
Chania