Chania

La goudronnerie royale
Thème : Économie

La goudronnerie royale de la baie Saint-Paul

Christian Harvey, Historien, Société d'histoire de Charlevoix, La Malbaie, 10 mars 2002


La vallée de la rivière du Gouffre est à l’origine recouverte d’une imposante forêt de pins rouges. Le Séminaire de Québec, conscient de cette richesse, fait ériger un moulin à scie dans ce secteur dès 1685. L’intendant de la Nouvelle-France, Jean Talon, s’intéresse lui aussi à ce potentiel forestier plus spécifiquement pour la production de goudron. Ce produit est alors en forte demande pour le calfatage des navires. Il délègue ainsi un maître-goudronnier à la baie Saint-Paul qui assure la rentabilité du projet. Talon créé alors la Goudronnerie royale de baie Saint-Paul. Néanmoins, ce projet est compromis entre autre par une lutte de pouvoir entre Mgr Laval et les entrepreneurs chargés du fonctionnement de la Goudronnerie Royale. 
 
Au printemps 1670, Jean Talon se rend avec un groupe de travailleurs et un maître-goudronnier nommé Arnold Alix à la baie Saint-Paul. Le rapport produit par ce dernier à cette occasion clame le potentiel forestier prometteur de la région. Dès la même année, un fourneau est aménagé permettant ainsi d’effectuer les premières tentatives de production du goudron. L’expérience est concluante : «À présent que par le succès de l’épreuve j’ai persuadé que le Canada pouvait produire du goudron […] je fais travailler ce maître-ouvrier pour […] qu’il puisse ainsi un jour fournir les magasins de sa Majesté et la dispenser par là d’emprunter des Princes de la Mer Baltique ce que son Royaume ne lui fournit pas assez abondamment». Confiant dans le succès de l’entreprise, Jean Talon crée deux mois à peine avant son départ la Goudronnerie Royale de la baie Saint-Paul. Pierre Dupré et Léonard Pitoin sont nommés maître-goudronniers de sa Majesté, alors que Arnold Alix s’est retiré. Un large territoire forestier retranché à même la seigneurie de Beaupré, situé le long de la rivière du Gouffre, est concédé à Dupré et Pitoin pour le développement de la goudronnerie. 
 
Le goudron est une matière noire et épaisse produite à Baie-Saint-Paul à partir des pins rouges écorchés, dont les racines et les branches séchées sont chauffées dans un fourneau de pierre de forme conique.
 
La Goudronnerie royale de la baie Saint-Paul peut compter sur une ressource abondante de pins rouges et un marché susceptible d’écouler cette production. L’entreprise connaît toutefois des difficultés. En fait, Pierre Dupré et Léonard Pitoin se préoccupent davantage du lucratif commerce de fourrure avec les Amérindiens que de la fabrication de goudron. Entre 1672 et 1684, la production de goudron connaît une faible expansion passant de 9 à 12 barriques produites par année. Afin d’expliquer ces ratés, les maître-goudronniers évoquent la faible superficie du territoire dont ils disposent et tentent d’obtenir de la part des autorités de la Nouvelle-France un espace plus vaste. Le gouverneur Frontenac accueille favorablement cette demande et il leur accorde une pinède d’une superficie d’environ neuf arpents (un peu plus d’un kilomètre) de front sur cinq milles (huit kilomètres) de profondeur, située au sud-ouest de la rivière du Gouffre. Toutefois rien n’y fait; dès 1676, Pitoin et Dupré renouvellent leur demande d’agrandir leur territoire. 
 
De retour en Nouvelle-France en 1676, Mgr de Laval n’apprécie guère l’exploitation de la Goudronnerie royale effectuée à même le territoire de la seigneurie de Beaupré. Il tente alors de se débarrasser des deux maître-goudronniers : « Pitoin et Dupré sont condamnés à quitter les lieux, si non, ils y seront forcés par la loi, mais auparavant, ils devront être remboursés des dépenses faites tant pour défrichement des terre, construction de bâtiments et cabanes que pour préparation de pins d’après les rapports d’experts nommés à cette fin ». Mgr de Laval entreprend des poursuites judiciaires afin de dépouiller Pitoin et Dupré du droit d’exploitation à baie Saint-Paul en invoquant notamment la traite des fourrures effectuées par les deux hommes. L’évêque obtient gain de cause. La Goudronnerie passe alors entre les mains de Mgr de  Laval. 
 
Ce conflit constitue en fait une lutte de pouvoir engagée entre Mgr de Laval et le gouverneur Frontenac. Ce dernier a des visées sur le commerce des fourrures et encourage sans doute Dupré et Pitoin dans cet exercice. Il espère également embêter Mgr de Laval, son rival, qui tente d’asseoir l’emprise de l’Église en Nouvelle-France. Dès lors, l’entreprise périclite. Mgr de Laval concède la Goudronnerie royale à Philippe Gaultier de Comporté, seigneur de La Malbaie, qui ne réussit toutefois pas à redémarrer la production. Des goudronniers à baie Saint-Paul et La Malbaie continuent malgré tout la fabrication de goudron. Le botaniste Pehr Kalm, en visite dans la région en 1749, écrit «qu’il y a plusieurs vallons à goudron où l’on fabrique ce produit pour le vendre aux commerçants de Québec». Sans disparaître totalement, la fabrication de goudron devient par la suite essentiellement une production d’ordre domestique. 
 
Le bilan de la Goudronnerie royale de la baie Saint-Paul apparaît décevant. L’industrie de fabrication de goudron ne connaît jamais l’expansion initialement espérée. Léonard Pitoin et Pierre Dupré, les deux maîtres-goudronniers, sortent les grands perdants de cette entreprise. Mgr de Laval, devenu propriétaire, ne réussit pas à relancer la production. La vallée de la rivière du Gouffre voit pour sa part disparaître sa riche forêt des grands pins rouges. Une véritable catastrophe écologique pour Baie-Saint-Paul. 


Bibliographie : 

Martin Brassard. « Histoire de Ville Baie-Saint-Paul », Revue d’histoire de Charlevoix, 13, décembre 1991, p. 10. 
Joseph Girard. « La Goudronnerie Royale de la baie Saint-Paul », Bulletin des recherches historiques, août 1934, p. 468-469. 
Nérée Tremblay. Saint-Pierre et Saint-Paul de la Baie-Saint-Paul. Réimpression, s.l., Comeau et Nadeau, 1999, p. 6. 
 
Chania