Chania

Françoise Labbé
Thème : Territoire et ressources

Françoise Labbé (1933-2001), la grande dame de Baie-Saint-Paul

Serge Gauthier. Historien et ethnologue. Président de la Société d’histoire de Charlevoix. Notre-Dame-Des-Monts, 4 octobre 2002


La réputation artistique de Baie-Saint-Paul est de nos jours largement reconnue. Toutefois, au tournant des années 1970, cette localité qui a reçu de nombreux peintres comme Clarence Gagnon, des membres du Groupe des Sept et où réside encore René Richard, ne s’impose plus beaucoup comme une ville artistique d’importance. Françoise Labbé se donne alors la mission de ralancer la vocation de Baie-Saint-Paul comme une ville d’art accueillante pour les artistes et pour la création artistique.
 
Née en 1933 à Baie-Saint-Paul, Françoise Labbé est issu d’une famille terrienne bien enracinée dans Charlevoix. Son frère, Marcel Labbé, est le fondateur de la Laiterie Charlevoix de Baie-Saint-Paul, une entreprise régionale spécialisée notamment dans la production fromagère. Françoise Labbé s’intéresse très vite à l’art et elle fréquente entre 1951 et 1955, l’école des Beaux-Arts de Québec. Elle a pour professeur le peintre Jean-Paul Lemieux qui influence grandement son travail artistique et dont elle demeure proche par la suite. 
 
Françoise Labbé, alors une très jeune artiste, tente entre 1956 et 1962 d’obtenir une reconnaissance de son talent dans son pays. Elle y parvient plutôt bien et ses émaux sur cuivre notamment impressionnent grandement les critiques d’arts canadiens. Toutefois, elle décide de poursuivre des études à Paris à compter de 1962. Elle demeure douze ans en France. Durant cette période, Françoise Labbé rencontre de nombreux créateurs et des intellectuels. L’historien de l’art René Huygue l’inspire tout particulièrement et elle se lie d’amitié avec lui. Françoise Labbé est aussi créatrice de mode et les vêtements issus de son inspiration connaissent du succès en France et au Canada durant les années 1960 et 1970.
 
De retour au pays en 1974, Françoise Labbé habite Baie-Saint-Paul. Elle cherche dès lors à redonner à cette localité sa réputation d’antan dans le domaine artistique. L’entreprise n’est pas facile. Françoise Labbé se bute souvent à l’incompréhension des siens. Mais son objectif est clair dans son esprit: elle veut implanter à Baie-Saint-Paul un complexe artistique qui se deviendrait un centre de création et de diffusion, un événement et un lieu de formation ou une école-atelier. Elle met donc en veilleuse sa carrière artistique pourtant bien enclenchée afin de se consacrer à sa seule mission de mise en valeur de Baie-Saint-Paul comme ville d’art.
 
Le travail acharné de Françoise Labbé donne bientôt des résultats. Elle crée en 1979, le Centre d’Art de Baie-Saint-Paul. C’est sous direction et suite à son initiative que se tient en 1982 le premier Symposium de la Jeune Peinture au Canada. L’événement devient rapidement très couru et jouit bientôt d’une grande réputation dans le milieu artistique canadien et même international. Le Symposium de la Jeune Peinture existe maintenant à Baie-Saint-Paul depuis plus de 20 ans. En 1992, Françoise Labbé voit la création du Centre d’exposition de Baie-Saint-Paul dont elle a permis l’existence après une long travail de pionnière nécessitant un courage inlassable et des efforts continus. Son travail est clairement reconnu par le Gouvernement québécois lorsqu’en 1997 elle est reçue Chevalier de l’Ordre national du Québec.
 
Françoise Labbé est toujours à la tête du Centre d’Art et du Centre d’exposition de Baie-Saint-Paul et dirige toujours le Symposium de la Jeune Peinture lorsqu’elle meurt en 2001. Pour cette femme qui paraissait infatigable, il n’a jamais été question de retraite. Son œuvre demeure un chantier ouvert. Visionnaire, plusieurs de ses projets laissés en chantier continueront d’inspirer ses successeurs dans l’avenir. D’une autre manière, comme au cours de la période 1900-1950 au temps des peintres Clarence Gagnon, René Richard et des membres du Groupe des Sept, Baie-Saint-Paul est redevenu à la fin du XXe siècle grâce à Françoise Labbé une destination incontournable dans le domaine des arts au Québec et au Canada. Françoise Labbé mérite donc, à bien des égards, le titre de grande dame de Baie-Saint-Paul.


Bibliographie :

Bouchard, Guy. « La grande dame de Baie-Saint-Paul n’est plus », Parcours, p. 14
 
Chania