Chania

Le Musée de la Gaspésie
Thème : Culture

Le Musée de la Gaspésie

Mario Mimeault, M.A. Histoire, chercheur autonome. Gaspé, 20 octobre 2002

Le Musée de la Gaspésie est administré par La Corporation du Musée de la Gaspésie Inc., une entreprise privée à but non lucratif qui lui a confié le soin de définir, de valoriser et de transmettre le patrimoine culturel gaspésien ainsi que les relations entre l’homme et son milieu. L’institution culturelle est abritée dans une bâtisse du centre-ville de Gaspé et se démarque par une architecture de type Shed Style californien. Mais plus encore, elle se distingue des autres institutions muséales de la province par les objectifs que lui ont imposés ses promoteurs.
 
Le profil d’une entreprise culturelle
 
Le Musée de la Gaspésie est une institution régionale permanente qui s’est donnée pour mandat de promouvoir l’identité culturelle gaspésienne. Érigé sur la pointe Jacques Cartier, le musée a ouvert ses portes en 1977. Ses buts sont d’abord de faire connaître l’ensemble des traits distinctifs, intellectuels et matériels, spirituels et affectifs qui caractérisent la collectivité gaspésienne. S’appuyant sur cet objectif, il se doit de conserver les œuvres et les témoins matériels et non matériels qui expriment l’originalité de la population de la région tant dans sa langue, ses rites, ses croyances, ses lieux, ses œuvres d’art, ses archives, son architecture. On lui demande ensuite de diffuser, propager et communiquer l’ensemble des valeurs, des pratiques, des biens et du savoir propre à la collectivité gaspésienne. Dernière mission, le milieu culturel gaspésien à l’origine de sa fondation attend du Musée de la Gaspésie qu’il devienne un instrument de valorisation de l’identité culturelle gaspésienne.
 
L’exposition évolutive, un outil au service d’une mission
 
En conformité avec ces énoncés de principes, le Musée de la Gaspésie propose à sa clientèle différents produits et services. L’une des préoccupations de son personnel est d’assurer une vitrine à ses collections. Ainsi, présente-t-il, en vertu de son programme de diffusion, environ huit expositions par année. La moitié est produite par l’équipe du musée, l’autre moitié provenant de diverses institutions au pays. Le Musée a, pour ses besoins, créé un concept d’exposition dite évolutive. La nouvelle approche favorise d’abord la succession régulière des expositions, d’une durée maximum de deux ans. Celles-ci se renouvellent à partir de l’objet, qui devient témoin et à la fois amorce au développement de l’exposition. Et en tout temps, cet objet peut être changé ou l’exposition enrichie d’un nouvel artefact. Par exemple, le Musée présente actuellement une exposition au centre de laquelle trône une statue de Jacques Cartier sculptée en 1860 par François-Xavier Berlinguet. L’œuvre de l’artiste sert de prétexte pour développer une gamme de sujets tournant autour de la vie du célèbre explorateur malouin : la pêche de la morue au XVIe siècle, le progrès des sciences nautiques, les premiers voyages de découvertes vers l’Amérique, la représentation iconographique du personnage, la fabrication d’un héros national, etc.
 
Le Magazine Gaspésie
 
Le Musée de la Gaspésie étant une institution aux multiples orientations, la diffusion fait partie de son mandat. C’est ainsi qu’il assume la rédaction d’une revue, le Magazine Gaspésie, qui, tout en misant fondamentalement sur l’histoire régionale, ouvre ses colonnes à l’actualité culturelle. Cette publication représente un défi de taille, comme le rappelle son dernier directeur. D’abord en matière de contenu, elle doit refléter la vie des femmes et des hommes qui ont aidé à construire la Gaspésie. Ensuite, sur le plan financier, la revue est constamment à la recherche de l'équilibre budgétaire dans le but de garantir ses lendemains. Au cours des années, la rédaction du magasine a emprunté différentes formules allant de la présentation variée aux numéros thématiques. Actuellement, elle conserve une facture à mi-chemin entre les deux modèles, présentant à ses lecteurs un dossier étoffé sur un thème d’actualité régionale accompagné d’une gamme d’articles portant sur des sujets apparentés. Ce trimestriel, qui a comme unique mission d’affirmer l’identité régionale, est publié depuis trente-huit ans et rejoint actuellement plus de 6 000 lecteurs. Cette revue est actuellement la plus ancienne du genre dans le domaine de l’histoire régionale au Québec. 
 
Le Musée abrite en outre un centre régional d’archives privées accrédité par les Archives Nationales du Québec et le ministère de la Culture et des Communications de la province. Par ce service, le Musée répond à plus de 1 500 demandes par année pour des recherches, des consultations et des reproductions. Une salle de consultation permet aux chercheurs et visiteurs occasionnels d’accéder à une collection de livres en liens avec l’histoire de la Gaspésie. Une salle de consultation équipée à cet effet met des instruments de recherche à leur disposition, dont un lecteur de microfiches et de microfilms et un index des ouvrages entreposés sur ses rayons. Cet autre service permet au personnel d’encadrer annuellement entre 700 et 800 consultations. Au total, sur la période d’une année, l’ensemble des produits et des services offerts par le Musée de la Gaspésie intéressent environ 30 000 personnes de la Gaspésie ou de l’extérieur de la région. 
 
Ses champs d’intervention
 
De par sa mission et ses orientations, le Musée de la Gaspésie intervient aussi dans le développement régional. Il entretient des contacts réguliers avec une dizaine d’intervenants du milieu que sont les municipalités, les organismes publics et les autres institutions muséales. Plusieurs de ces relations conduisent à des partenariats; ainsi des investissements communs engendrent la création d’équipements, de produits et de services.
 
Bilan
 
Les opérations annuelles du Musée de la Gaspésie génèrent une activité économique appréciable pour la région. Au simple plan du fonctionnement, il emploie dix personnes sur une base annuelle et une dizaine de contractants supplémentaires ou personnes ressources en période estivale. Avec des actifs de 3 millions de dollars et un chiffre d’affaires annuel de 600 000 $, cette institution culturelle contribue positivement à la vie économique du milieu. Le musée régional exerce également un impact significatif sur l’industrie touristique. Bon an mal an, le Musée de la Gaspésie accueille 20 000 visiteurs; c’est dire combien un tel équipement culturel se révèle un atout important pour le milieu.
 
En somme, depuis plus de vingt-cinq ans, la Corporation du Musée de la Gaspésie joue un rôle prédominant dans le développement culturel de la région. À l’échelle du réseau muséal québécois (131 institutions), le Musée de la Gaspésie s’est classé parmi les meilleurs lors de l’évaluation nationale des musées à l’hiver 2 000; il a obtenu la note « B+ » pour ses activités muséologiques et la note « A » pour son administration. 
 

Bibliographie :

Lavoie, Jean. « Pour mieux vous servir ». Magazine Gaspésie, vol. XXXVI, no 1 (printemps-été 1999), p. 3.
Lavoie, Jean, Marcel Lamoureux et Mario Mimeault. Rapport du Comité de l’exposition permanente du Musée de la Gaspésie. Gaspé, Musée de la Gaspésie, 1997. 6 p.
Chania
Chania
Chania
Chania