Chania

Saint-Fidèle
Thème : Société et institutions

Saint-Fidèle (1850-2002). Un village côtier de Charlevoix

Christian Harvey. Historien. Société d’histoire de Charlevoix. La Malbaie, 29 septembre 2002


La Fromagerie Saint-Fidèle est bien connue par les touristes se rendant par la route 138 observer les baleines à l’embouchure du Fjord du Saguenay. Cette petite industrie produisant du fromage cheddar et du gruyère est la fierté du village de Saint-Fidèle. L’histoire de cette localité côtière, située à la limite nord-est de la seigneurie de Mount Murray, remonte au milieu du 19e siècle au moment où les colons recherchent de nouvelles terres afin d’établir leur famille. 
 
La concession du sol dans la seigneurie de Mount Murray, dont le territoire s’étend de la rivière Malbaie à la rivière Noire (dans l’actuelle municipalité de Saint-Siméon), débute en 1786 dans le secteur de Cap-à-l’Aigle. La concession du sol continue et, dès 1834, Louis Dallaire obtient une terre dans le secteur de Saint-Fidèle où il s’installe. Entre 1844 et 1852, la population du secteur passe de 228 à près de 600 habitants permettant d’espérer la formation d’une paroisse. 
 
La paroisse de Saint-Fidèle est érigée sur le plan canonique le 10 juin 1850. À son origine, son territoire se rend jusqu’à la rivière Saguenay et regroupe un espace de plus de 35 milles de long sur 9 de large. Il comprend alors les missions de la rivière Noire, de la Baie-des-Rochers et de la Rivière-aux-Canards. Lors de la fondation de la paroisse de Saint-Siméon en 1869, ces sections de la paroisse sont retranchées et Saint-Fidèle ne connaît pas par la suite de transformation majeure. Le premier curé résident est l’abbé Fidèle Morriset qui ouvre les registres paroissiaux à son arrivée en 1855. Un temple religieux est érigé entre 1872 et 1883, remplaçant la chapelle desservant la paroisse. 
 
La municipalité de Saint-Fidèle est érigée sur le plan civil le 1er juillet 1855. Dès l’origine, de fortes tensions apparaissent à l’endroit du premier maire, John McLaren, en raison de résolutions peu populaires votées de façon autoritaire. Le 2 juin 1856, John McLaren et son conseil sont destitués lors d’une assemblée régulière fort houleuse : « Nous soussignés certifions qu’au mot marque la table a été renversée par des émeutiers aux cris de oh! oh! que les statuts ont été enlevé avec force et menace de la part des individus […] qu’ils forcé ce conseil de quitter la salle des séances sans procéder aux affaires ». Les activités du Conseil municipal redeviennent plus conviviales par la suite!
 
L’économie de Saint-Fidèle demeure relativement polyvalente. L’agriculture occupe une place importante dès l’origine et se tourne vers l’industrie laitière au 20e siècle. Notons la Crèmerie Saint-Fidèle – devenue par la suite la Fromagerie Saint-Fidèle - dont les activités débutent en 1902 avec Joseph Bhérer. Cette entreprise est aujourd’hui le principal employeur de Saint-Fidèle créant près d’une trentaine d’emplois. Le bois possède également une grande importance. Vers 1850, cinq moulins à scie sont en opération à Saint-Fidèle, dont deux par William Price dans le secteur de Port-au-Persil. En février 1913, la compagnie forestière Pennington et Gagnon débute ses activités à Saint-Fidèle dans un territoire de coupe de 26 000 acres. Le 5 juillet 1915, la Mount Murray Woodland Company se porte acquéreur de cette compagnie, puis l’International Paper Corporation de Trois-Rivières en 1925. Des goélettes chargées de bois partent alors de Saint-Fidèle vers ce centre important de la production de papier. La pêche est également pratiquée à la rivière du Port-au-Saumon où des filets y sont tendus. 
 
Aujourd’hui, Saint-Fidèle fait face à une réalité similaire à d’autres localités de Charlevoix et du Québec. En 1999, la municipalité de Saint-Fidèle a été rattachée à la nouvelle municipalité de La Malbaie. Comme le soulignait un habitant de la localité : « autrefois on avait, un curé, une paroisse, une commission scolaire, un conseil municipal, un maire, aujourd’hui on en a plus ». Une tendance lourde difficile à renverser rendant précaire l’avenir de ce milieu de vie. 


Bibliographie :

Serge Gauthier et Christian Harvey. Saint-Fidèle. 150 ans d’histoire 1850-2000. La Malbaie, Société d’histoire de Charlevoix, 2000. 118 p.
Chania