Chania

Les arpenteurs
Thème : Territoire et ressources

Les arpenteurs et la description du sol témiscamien, 1880-1910

Marc Riopel, Ph.D. Histoire, À travers le temps enr., Hudson, 31 mai 2002


Les missionnaires Oblats, installés à la mission Saint-Claude, sont parmi les premiers à remarquer le potentiel agricole du Témiscamingue et, surtout, à en faire la promotion pour favoriser l’ouverture de la région à la colonisation. Mais quelle est exactement la qualité des terres agricoles du Témiscamingue ? Selon le père Paradis, chargé de préparer un rapport à ce sujet pour la Société de colonisation d’Ottawa en 1884, le sol témiscamien se prêterait fort bien à la pratique de l’agriculture. Les arpenteurs envoyés par le gouvernement du Québec les années suivantes viennent corroborer ce premier constat fait, il faut le noter, dans un but de propagande. Les arpenteurs effectuent alors une description du territoire puis procèdent à sa division en cantons et en lots de colonisation. 
 
Le père Charles-Alfred-Marie Paradis arrive à la mission Saint-Claude, en mai 1882. En compagnie du frère Moffet, il explore la région du Témiscamingue en vue de la colonisation agricole. Selon eux, il serait possible d’établir une quarantaine de paroisses agricoles prospères dans la région. Leur optimisme s’appuie notamment sur cette description géologique : 
 
« Sol, d'une richesse sans égale dans toute la vallée de l'Ottawa. Terre grise, noire et jaune; pas une seule pierre sur des étendues de vingt à trente milles carrés. Des étendues semblables ne sont que des prairies dénuées de bois et faciles à égoutter, ou bien encore de vastes brûlés où les arbres sont déracinés et jetés à la renverse; chose remarquable, en très peu d'endroits la terre paraît avoir souffert des ardeurs de l'incendie, l'humus y est parfaitement intact et d'une profondeur dépassant partout 6 à 8 pouces; cette riche couche de terre noire repose toujours sur une terre grise très friable et douée elle-même d'une grande fertilité. Dès la première année on enlève facilement toutes les souches qui sont, du reste, peu nombreuses, et sur les fermes ouvertes du printemps, la moissonneuse se promène à l'automne à travers les beaux champs d'épis. »
 
Cette description, quoique faite dans un but partisan, rejoint en grande partie celles des arpenteurs du gouvernement provincial, chargés d’effectuer des relevés des cantons du Témiscamingue, afin de les ouvrir officiellement à la colonisation. En général, les relevés d’arpenteurs sont assez fidèles à la réalité, même si, dans certaines régions, quelques faux rapports auraient été produits afin de promouvoir la colonisation et, partant, la vente des terres par le gouvernement du Québec, leur employeur. Dans le cas du Témiscamingue, il semble que les descriptions soient assez justes. Il faut cependant également souligner que chaque rapport fait la promotion de la colonisation, en mettant notamment l’accent sur la valeur des produits vendus par les colons, la présence du marché des chantiers forestiers qui leur semble inépuisable, éléments garants d’une fortune rapide pour les nouveaux colons. À ce chapitre, la réalité sera différente. 
 
Selon les informations puisées dans les rapports des arpenteurs, qui couvrent les années 1880 à 1910, la région située à l’est du lac Témiscamingue est peu accidentée et en grande partie très propice à l’agriculture. Le climat est semblable à celui de Québec. Les terres des cantons de Duhamel, de Guigues et de Laverlochère consistent en de belles vallées dont le sol se compose de terre grasse, de sous-sol de glaise, recouvert d’une couche de marne à la surface. Ces cantons sont bien arrosés par une quantité de sources, de ruisseaux et de rivières, contenant une bonne eau potable. En fait, selon les arpenteurs, le sol est d’une excellente qualité pour l’agriculture. 
 
Le canton de Fabre possède le même genre de sol, si ce n’est qu’une partie des terres situées le long du lac Témiscamingue est inculte, à cause des roches et des montagnes qu’elles recèlent. Le canton de Nédelec renferme lui aussi des terres de bonne qualité, mais qui sont submergées par les inondations, à l’époque des hautes eaux du lac Témiscamingue. En ce qui concerne le canton de Guérin, à l’instar des autres cantons du Témiscamingue, la terre y est de première qualité pour la culture ou complètement inculte. Cette dernière représente environ le quart des terres du canton de Guérin. Le canton de Baby possède peu de bonnes terres agricoles, environ la moitié (50 sur 104 lots) étant jugée de première qualité, le reste étant rocheux et onduleux. 
 
Le canton de Mazenod présente sensiblement le même profil. Dans sa partie nord, formant une bande de terre de 2,5 kilomètres, le sol est de première qualité, mais on y rencontre roches, petites montagnes et terrains impropres à la culture. L’autre partie du canton est moins propice à l’agriculture, composée de terre jaune, de sable et de terre noire et d’un sous-sol argileux. Les roches et les montagnes y occupent environ le tiers de l’espace. Le canton de Brodeur compte plusieurs bonnes terres agricoles, peu accidentées et bien arrosées, en particulier celles situées à proximité du lac Simard. Par contre, le quart des terres ne peut être cultivé puisqu’on y rencontre une quantité considérable de moraine. Les terres du canton de Latulipe présentent sensiblement le même profil. 
 
À la suite de ces relevés d’arpentage, le territoire de la région est divisé en cantons, puis subdivisé en lots de colonisation et mis en vente par l’agent des terres du gouvernement du Québec. Les aspirants colons se rendent dans la région et s’enquièrent, auprès de l’agent des terres, des lots disponibles à la colonisation. Après une visite des lieux, ils constatent la qualité et la disponibilité des terres, telles que décrite par les promoteurs de la colonisation et les arpenteurs. Plusieurs aspirants colons peuvent alors se fonder sur ces éléments et décident d’acheter un lot afin de bâtir un patrimoine agricole et d’établir leurs fils sur ces terres. 
 

Bibliographie :

Gouvernement du Québec. Documents de la Session du Québec, Rapports des arpenteurs. 1882-1910. 
Paradis, Charles Alfred Marie. La région du Témiskaming. Ottawa, Collège d’Ottawa, 22 mars 1884. 7 p. 
Société de colonisation du lac Témiskaming. Au lac Témiskaming! Ottawa, La Vallée d’Ottawa, 1885. 32 p.
 
Chania
Chania
Chania
Chania